01 octobre 2008

Parle à mon web, le monde est malade

Comme j'étais un peu dans le gaz la semaine dernière pour cause de bureau pas chauffé rhinite automnale, j'ai éprouvé comme une sorte de flemme à mettre en mots l'irritation qu'a provoqué le traitement par les médias, en particulier audiovisuels, de la dernière tuerie lycéenne à la mode chez nos amis Finlandais.
J'aime assez regarder Canal le midi, ça me détend pendant ma pause déjeuner. C'est pas toujours niveau Polytechnique, mais pour faire la coupure, je me satisfais assez bien des débardeurs jacquard d'Ariel Wizman et des pitreries parfois surréalistes de Chris Esquerre. Mais mercredi dernier, j'ai été effarée par le volume de conneries débitées en rafale dans cette émission, tout comme chez la concurrence aussi bien télévisuelle que radiophonique. Sur Canal, l'info a fait l'objet d'un traitement à part dans l'émission, sur le thème "Les dangers d'Internet". Déjà, rien que le titre, ça me chatouille un peu... Pendant la petite dizaine de minutes qu'a duré la séquence, j'ai littéralement bouilli en entendant les pires absurdités à propos du Net : tous les clichés y sont passés, aucun ne manquait à l'appel ! Parce qu'à entendre les médias, si Matti Saari a méthodiquement dégommé ses congénères à coup de pruneaux de 22, c'est forcément la faute à Internet. Le grand méchant Web, l'ennemi tout trouvé quand on veut se mettre les mains devant les yeux en hurlant "c'est pas vrééééééé !", l'arme imparable du donneur de leçon imbécile qui n'a rien compris, ou qui, au contraire, a justement tout compris et nous sort la "menace" Internet comme un écran de fumée - dormez je le veux. A aucun moment je n'ai entendu de journaliste ou d'"expert" (règle importante à la télé : toujours avoir un expert sous le coude, un gars qui a deux-trois idées sur le sujet, c'est un gage de sérieux) envisager l'hypothèse qu'éventuellement le geste de ce jeune homme puisse avoir été inspiré par autre chose qu'Internet le Malin. S'il a fait ça, c'est parce qu'il l'a vu sur Internet. Si l'autre jour un gamin a mis le feu à trois bagnoles, c'est parce qu'il voulait faire comme dans GTA. Ces vérités établies, je comprends mieux maintenant pourquoi Bush veut envahir l'Iran : c'est sans doute parce qu'il a trop joué à Civilization...

Pour revenir à notre jeune Finlandais, il faudrait peut-être commencer à se poser les bonnes questions. Et ne pas perdre de vue qu'Internet n'est qu'un medium et rien d'autre, auquel on estime que seulement environ 15 % de la population mondiale a accès. C'est bien entendu le gigantesque réceptacle de tout ce qui fait notre monde (occidental), qui rend la diffusion d'information (et de désinformation) plus rapide que jamais, mais ce n'est qu'un des reflets de la société dans laquelle nous vivons. Que le web favorise la circulation des informations ne fait aucun doute ; qu'il soit la cause du pétage de plomb d'un adolescent, manifestement très organisé néanmoins, me laisse en revanche véritablement sceptique. Certes le Net lui a permis de voir et de lire des choses pas forcément intelligentes mais qu'il aurait aussi bien pu trouver à la kirjasto du coin, mais aussi de déposer quelques signaux alarmants qu'en d'autres temps il aurait couchés sur du papier ou taggés sur les murs. Mais on ne peut sérieusement pas rendre Internet coupable des troubles psychologiques qui l'ont poussé à commettre ces actes. L'influence d'Internet n'a jamais été évoquée pour expliquer la tuerie de Columbine, alors même que cet outil était en plein essor à l'époque et qu'il a été avéré que les deux ados l'utilisait fréquemment. Ils y avaient d'ailleurs laissé des traces de la planification de leur geste. Déjà à l'époque, il y a presque dix ans, le Web est bien plus un moyen d'expression d'un certain mal-être qu'une source d'inspiration.

Ce même mercredi, j'ai entendu une bêtise tout aussi énorme aux infos, notamment sur Canal : deux jeunes filles se sont suicidées suite à un mystérieux "pacte" conclu sur Internet. Je ne remets absolument pas en doute le fait qu'elles se soient rencontrées sur le Net, mais imputer au Net leur passage à l'acte est un peu capillotracté. Toute deux n'en étaient pas à leur première tentative de suicide, et on peut donc aisément imaginer qu'avec ou sans Internet, il existait malheureusement quelques risques qu'elles récidivent un jour ou l'autre... et parviennent à leurs fins, sans jeu de mots macabre. Encore une fois, le coupable tout désigné est Internet.

Plutôt que de s'acharner comme toujours de façon simpliste sur la partie visible des problèmes, il serait temps qu'on s'interroge sur ce qui motive ces actes désespérés. Actes désespérés qui à mon humble avis ont toujours existé mais dont on ne parle qu'en fonction des modes médiatiques du moment. Vous avez aimé les chiens dangereux, les ascenseurs vétustes, les enfants de Don Quichotte et leur cortège de lois prises sous le coup de l'émotion mais toujours inapplicables ? Alors vous adorerez ce qui se profile avec Internet ! Quand les médias de masse vont-ils faire tomber leurs œillères de pacotille et arrêter de nous prendre pour des imbéciles et/ou d'essayer de nous faire peur en brandissant des menaces qui n'en sont pas ? Comme disait ma grand-mère, quand on veut tuer son chien, on l'accuse d'avoir la rage...

Et pour rester en Finlande, petit tour au bord d'un lac lapon sous le soleil de minuit...

minuit_small

Sirkka (commune de Kittilä), Finlande, juin 2006

Posté par Aurelie B à 23:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Parle à mon web, le monde est malade

    Le net c'est mal

    C'est vrai qu'avant le net, y'avait pas d'accidents de voitures, pas de crise financière, pas de tueurs fous et pas de moutarde avec le steak haché chez Flunch, pas de "Dutrou" en Belgique, pas de cheveux qui tombent, pas de pollution. C'était bien quoi.

    Le net c'est nul, ça détruit la vie. J'attends avec impatience des messages identiques à ceux qu'on trouve sur les paquets de clopes, mais cette fois sur les modems des opérateurs.

    Posté par LBDV, 04 octobre 2008 à 10:50 | | Répondre
  • Farpaitement

    Et en ce temps-là Bains-les-Bains était la capitale du thermalisme |o

    Posté par Aurélie, 05 octobre 2008 à 20:38 | | Répondre
  • Internetus Maleficus

    Vous noterez d'ailleurs que le krach boursier correspond à la mort de Pascal Sevran. Ca doit être un signe.

    Posté par Franpi, 05 octobre 2008 à 22:42 | | Répondre
Nouveau commentaire